Frederika Van Ingen

Le Cercle des Passeurs

Explorer d'autres façons d'être au monde pour restaurer nos liens.

Le Cercle des Passeurs est né suite à la parution de Sagesses d'ailleurs pour vivre aujourd'hui, comme une proposition de vivre par l'expérience ces savoirs que les passeurs ont rencontré auprès des peuples racines. Pour proposer une autre lecture du monde et toucher à ce qui, en l’homme, est universel, et que ces peuples ont conservé vivant au cœur de leurs cultures et sociétés.

Le Cercle des Passeurs, initié par Frederika Van Ingen, réunit des passeurs de ces traditions issus de notre culture, et des passeurs de nature, pour explorer ensemble cette autre posture au monde qu'ils peuvent nous inspirer, celle de gardiens de l'équilibre, et tenter de répondre à cette question que les enjeux écologiques rendent cruciale aujourd'hui : quel peuple racine pouvons-nous redevenir aujourd'hui ?

Chaque été, le Cercle des Passeurs propose une semaine d'expérimentation dans la Drôme, avec l'Ecole pratique de la Nature et des Savoirs. Infos par ici.

Quelques uns des passeurs qui soutiennent ou accompagnent le Cercle, lors de stages, conférences, ...

 

Céline Cholewka, herboriste et naturopathe, passeuse des traditions quechua lamista et sibérienne ; Catherine Chouard, accompagnante de dirigeants, enseignante à Paris Dauphine et passeuse des Sagesses balinaises ; Lorenza Garcia, plasticienne et chanteuse, passeuse de la tradition navajo ; Candice Giacomino, professeur de danse et pédagogue perceptif, (méthode Danis Bois) ; Eric Julien, géographe et consultant, passeur de la tradition Kogi ; Marie-José Piantino de Molino, philosophe-thérapeute et passeuse de la tradition Lakota ; Kim Pasche, archéologue expérimental, passeur de traditions des Premières Nations du Yukon ; Xavier Péron, passeur des traditions Maasaï, Michel Racine, passeur de nature ; Othello Ravez, éducateur, musicien et musico-thérapeute, passeur du didgeridoo et de culture aborigène ; Maud Séjournant, coach de vie et passeuse des traditions amérindiennes ; ...

Peuples racines, peuples déracinés ... Ces différences qui nous rapprochent ...

  • Nous courrons après le bonheur. Les peuples racines cultivent l’harmonie au quotidien.

  • Nous voulons toujours plus. Ils trouvent la joie dans la simplicité.

  • Nous nous voyons au dessus de la nature. Ils sont la nature.

  • Nous sommes en quête de sens. Le sens est au coeur de leurs modes de vie.

  • Chez nous, l’autre est un obstacle et le « nous » enfermant. Chez eux, il est libérateur.

  • Nous cultivons le sentiment d’insécurité. Leurs sociétés sont construites sur la confiance.

  • Nos vies sont rythmées par des obligations. Les leurs par les cycles de la vie.

  • Nous voulons contrôler le futur. Ils composent avec le mouvement de la vie.

  • Nos modèles de société sont jeunes et vacillants. Les leurs ont traversé les millénaires.

 

Voici quelques unes des raisons d’explorer ce que ces peuples ont à nous apprendre, leurs clés pour retrouver un lien harmonieux à nous-mêmes, aux autres, à la nature, porteur d’un nouvel élan, personnel et collectif, pour imaginer demain.